Retour à la liste des Brèves


Un point sur l’activité du NASF

Le 11 septembre 2007

UN POINT SUR L’ACTIVITE DU NASF

Le NASF (North Atlantic Salmon Fund) a prouvé qu’il existe des solutions pratiques, immédiates et accessibles politiquement pour restaurer les stocks de saumon.

Nous pensons que si nous voulons restaurer le saumon à un niveau abondant à nouveau, nous devons le protéger tout au long de son cycle biologique. La restauration, la création d’habitats dans lequel les populations juvéniles peuvent se développer, doivent être du ressort des gouvernements. Les personnes qui gèrent les rivières, le NASF ne peuvent que les encourager. Il n’est rien à notre échelle que nous pouvions faire pour diminuer le taux de mortalité en mer mais nous pouvons protéger les poissons qui surmontent ces difficultés.

Les saumons qui surmontent tous les obstacles auxquels ils sont confrontés sont particulièrement vulnérables à toute prédation humaine lors de leur migration là haut dans l’hémisphère Nord. C’est là que l’action protectrice du NASF peut faire la différence.

Ainsi nous poursuivons ces moratoires en haute mer et de nouveaux accords d’une durée globale de cinq ans viennent d’être conclus au Groenland et aux îles Feroes. Les partenaires de l’accord 2002-2006 ont repris leurs discussions l’année dernière et un nouvel accord d’une durée de sept ans (2007-2013) fût signé à Reykjavik le 2 juin 2007 par les dirigeants du KNAPK (Syndicat des chasseurs et pêcheurs de Groenland). Cet accord ferme toute pêche commerciale du Saumon Atlantique pendant cette période en contrepartie d’aide financière et matérielle. Les pêcheurs groenlandais ont ainsi promis de limiter au strict minimum leur prises accidentelles, de même que leur pêche de subsistance. Les compensations de ce moratoire sont allouées à la recherche de pêches soutenables le long de leur côte et à la recherche d’emploi de substitution. Le but étant de développer une pêche durable qui bénéficie à l’environnement et de maintenir un quota OCSAN à zéro

Les pêches d’interception de stocks mixtes sont la menace principale à laquelle le saumon est confronté une fois qu’il entame son trajet de retour. Nous continuons donc toujours de travailler à l’élimination de cette menace principale et inutile.

En 2006, nous avons soutenu le projet norvégien des rivières du Trondheim qui s’est avéré être un grand succès (rapport indépendant de NINA). Les acteurs s’attachent à le rendre financièrement durable et nous sommes à nouveau pour 2007 l’un des contributeurs financiers majeurs.

En janvier 2006, le Gouvernement irlandais publia un communiqué de presse se plaignant de la campagne du NASF contre ses filets dérivants.

Pour résumer : 1- Les filets irlandais prenaient de moins en moins de saumon. 2- Il n’y avait aucune évidence de prises de poissons d’autres pays européens dans leurs filets. Quelque temps plus tard la Commission Scientifique refusa leurs assertions et déclara qu’au contraire un grand nombre de saumons écossais, anglais, français, espagnols, gallois, allemands étaient pris par le pêche irlandaise. Le ministre de la Marine à l’origine de ce communiqué a du démissionner tout en établissant un plan d’action pour faire disparaître cette pêche d’interception. Finalement, après douze ans d’intense lutte de la part du NASF, le gouvernement Irlandais a du admettre que ces stocks de saumons se trouvaient dans un état de grande faiblesse et annonça un plan de cessation d’activité des filets dérivants qui est entré en application cette année. Malheureusement, même si la majorité du plan est entré en vigueur, un trop grand nombre de filets dérivants reste opérationnel pour l’instant. De plus un trop grand nombre de pêcheurs se sont vus accorder la possibilité de reclasser leurs activités en "filet fixe". Nous pensons que 2 à 3 ans seront nécessaires pour assister à la disparition totale des filets dérivants. Etant très déçus par l’attitude du gouvernement Irlandais, nous avons demandé à la Commission Européenne de laisser ouverte la plainte déposée contre l’Irlande en violation à la législation européenne dans le comté de Foyle. De plus nous avons porté plainte contre le transfert d’activité des filets dérivants aux filets fixes et contre les niveaux biologiques très faibles requis dans le comté de Foyle par le "Logh Agency".

Les projets sur lesquels nous travaillons ces derniers mois :

1- Le rachat des filets côtiers dans l’Ouest de l’Ecosse (la station de Cuil Bay) fin avril dernier. Nous financerons la moitié de cet accord à cinq ans, les propriétaires riverains finançant le solde.

2- Le rachat des deniers filets sur la côte Nord Ouest de l’Ecosse avec le trust local, les propriétaires et le "Migra tory Salmon Fondation" (dont Orri est le président : Entité appartenant au NASF en Angleterre). Avant fin 2008, nous pensons pouvoir lever assez de fonds pour éliminer ces filets définitivement.

3- La création d’un trust ou d’une fondation en Russie dans la péninsule de Kola notamment à l’Est de celle-ci à la confluence de la Mer de Barents et de la Mer Blanche qui permettrait de sauver 300 tonnes métriques. Nous espérons pouvoir trouver des emplois de substitution pour les pêcheurs concernés.

Dans le cadre de notre politique de communication nous venons de publier un livre : A Celebration of Salmon Rivers (cinquante des rivières à saumons les plus importantes dont le Gave d’Oloron). Le Prince de Galles en a écrit l’introduction et tous les profits serviront à financer ces différents projets.

Orri Vigfusson, Président du NASF

Marc-Adrien Marcellier, Administrateur